fiche technique

Le parc abrite les plus hauts volcans de Bolivie, avec comme point culminant le Sajama, culminant à 6550 metres d’altitude.
Havre de paix, ce parc est tout indiqué pour les amoureux de l’altiplano, de ses habitants, des grands espaces, hors des sentiers battus.

Climat

Même si l’on se rend au parc national du Sajama pour un trek ou une simple visite, il est recommandé de prévoir des vêtements chauds, des chaussures de marche et un bon sac de couchage. Entre avril et octobre les journées sont belles et ensoleillées mais la nuit venue les températures tombent rapidement en dessous de zéro.

Caractéristiques géographiques

Le massif montagneux de Sajama n’a rien à voir avec les cordillères qui se trouvent à l’est de l’altiplano. Il s’agit ici d’un grand plateau cerné de volcans : le plus haut d’entre eux est le Sajama (6500 m alt.), les Payachatas (“pics jumeaux” en Aymara) Pomerape (6100 m alt.) et Parinacota (6300 m alt.), frontière naturelle avec le Chili, le Condoriri ( 5200 m alt ), le Guallatiri (6100 m alt - côté chilien).
Flore : on trouve le type d’arbustes le plus haut de la planète, la kena sur les flancs du Sajama.

Ascensions andines

Cartes : IGM 5839 IV Nevado Sajama
IGM 5739 II Nevados Payachatas
carte Walter Guzman Cordoba

SAJAMA - 6520 m

Compter 3 jours au total depuis le village (4250 m).
Voie normale : Du village, suivre la piste vers Tomarapi puis bifurquer sur un sentier vers la droite (volcan) pour rejoindre un confortable camp de base à 4800 m (une bonne partie du trajet peut se réaliser en 4x4) aux abords du rio Aychuta (4h).
L’ascension emprunte l’arête Nord-ouest. Il faut d’abord gravir, depuis le CB des pentes d’éboulis sur le versant nord de la vallée et traverser le pierrier en face de vous. Remonter l’arête NW et monter jusqu’en haut d’un large couloir coincé entre deux anciennes coulées de lave.
Le camp d’altitude (5450 m) se trouve au bout du couloir (5h). Le lendemain, poursuivre l’ascension sur l’arête jusqu’au glacier. Une série de faux sommets mènent au point culminant. La dernière partie peut-être assez longue et fatigante, surtout si on trouve des pénitents (assez fréquents). Vents forts en général.

GUALLATIRI - 6065 m

La frontière boliviano-chilienne est dominée par les quelques volcans.
L’un des plus imposants, au sud du poste frontière de Chungara, est le Guallatiri, dont, en général, on peut apercevoir les fumerolles sortant du cratère.
Ce volcan est particulièrement actif et la dernière éruption date de 1960. Attention, il est nécessaire de demander un permis d’ascension au bureau de la CONAF à Putre (sur la route d’Arica, à 1 h de la frontière) ou à Arica au moins la veille de l’ascension. Sinon, les « carabineros » de Guallatiri vous poseront des problèmes. Si vous venez de Bolivie, les douaniers fouilleront le véhicule à Chungara et empêcheront l’entrée de tout produits frais. N’emmenez donc que des conserves. Ou cachez les biens mais vous risquez une amende !
Itinéraire depuis le village de Guallatiri : L’ascension est assez facile. Prendre la piste vers le glacier depuis le village (30mn).
A pied, rejoignez la limite de la neige et posez votre camp. L’ascension peut se faire par différents versants, la principale difficulté est constituée par les fréquents pénitents sur une bonne partie de votre trace jusqu’au sommet.

parinacota-pomerape

LES PAYACHATAS, ou pics jumeaux (PARINACOTA et POMERAPE)

Accès : même camp de base. Pour rejoindre ce camp en 4x4 (40 mn), suivez la piste qui part du terrain de foot du village. Il va de hameau en hameau puis se dirige enfin vers le col.
La piste, ensuite sablonneuse, est en devers sur une courte portion. Chauffeur d’expérience recommandé ! Juste après, prendre la piste qui monte droit dans la pente.
Quand vous ne pouvez plus avancer (le véhicule peine et s’enfonce légèrement juste avant un petit ensemble rocheux), vous êtes arrivés au camp de base, qui peut être venteux. Mais le couché de soleil sur le Sajama, juste en face, est l’un des plus beaux de Bolivie.
Vous vous trouvez alors à près de 5000 mètres d’altitude.

Le PARINACOTA - 6342 m

Ce volcan, presque parfait, est le sommet le plus tenté du parc du fait de sa facilité étant donné son altitude.
A certaines époques, on peut même le gravir sans crampons ni corde. Il ressemble à ces volcans que dessinent les enfants : un cône parfait au sommet duquel on trouve un énorme cratère encore bouillant. C’est l’un des plus hauts volcans du monde encore en activité. Ses pentes sont assez régulières sur ses 360 degrés.
Ainsi, le Parinacota se présente comme un sommet véritablement accessible à tous, sans aucune difficulté technique, et comme une préparation idéale avant l’éventuelle ascension de son imposant voisin, le Sajama ou son pic jumeau, le Pomérapé. Comptez 8/11 heures d’ascension aller/retour selon votre adaptation à l’altitude.
L’itinéraire classique est simple : marchez en direction du col qui sépare le Parinacota (à gauche) et le Pomérapé (à droite). Vous apercevrez sans peine un sentier qui gravit le volcan. A certaines époques, des pénitents ralentissent la progression. Attention, ne descendez pas de l’autre coté du col (vers le Chili), c’est un no man’s land entre le Chili et la Bolivie, les locaux ne s’y aventurent pas, présence possible de mines ! Descente très rapide dans les cendres volcaniques.

Le POMERAPE - 6200 m

C’est un sommet peu couru mais ô combien intéressant. Belle voie d’ascension à 40 degrés sur une pente neigeuse régulière. Même camp de base que le Parinacota.
Arrivé au col (voir Parinacota), prendre tout simplement à droite vers les pentes. Une fois arrivés en face d’une belle pente uniforme, sortez vos piolets et enchaînez les longueurs. Au bout de cette pente, vous verrez sans peine l’arête sommitale, sur votre gauche.
Comptez 6/9 heures d’ascension aller/retour selon votre adaptation à l’altitude. Même itinéraire de descente.

A voir

Parc national du Lauca.
Il suffit de traverser la frontière (à 20 mn du village) pour visiter ce parc chilien, qui jouxte le parc national bolivien. Décors lunaires étonnants, acceuil sympa au village de Parinacota.
Ce serait dommage de ne pas en profiter (les Francais n’ont pas besoin de visa). Une fois à Lauca, on peut aussi continuer à l’ouest. 2 heures plus tard, on découvre les plages d’Arica, après la traversée de somptueux paysages par une route bitumée.

Le village de Sajama

constitue un merveilleux camp de base pour rayonner dans les alentours. Et au milieu du village, coule une calme rivière, dans le chouette décor des montagnes « Payachatas » (les sœurs jumelles Parinacota et Pomerape).

Les sources d’eaux chaudes...

parfaite récompense après un sommet... un délice ! ...
se baigner dans une eau sulfureuse chauffée à 38 degrés par le magma sous-terrain, sous le regard amusé des lamas, alors que le Sajama se peint en rose à mesure que le soleil se couche.
Du village de Sajama, prendre la route vers le village de Tomarapi (la piste qui contourne le volcan par le nord) et suivre le panneau “aguas termales“. A 20 mn du village en 4x4. Vous pouvez aussi loger tout près des sources, chez Don Luis et Dona Teodora. Dites-lui bonjour de notre part et testez le charqui de lama.

laguna Huyana Khota

Poursuivre la piste : la laguna Huyana Khota constitue un bivouac exceptionnel au milieu des flamands roses, des vigognes, qui viennent y boire tous les matins.
Poussez ensuite jusqu’au village abandonné de Tomarapi où se trouve la première église coloniale construite en Bolivie (et une auberge ouverte en 2003). De là, la piste rejoint la route nationale.

Parc national du Lauca

Il suffit de traverser la frontière (à 20 mn du village) pour visiter ce parc chilien, qui jouxte le parc national bolivien. Décors lunaires étonnants, faune nombreuse, accueil sympa au village de Parinacota. Ce serait dommage de ne pas en profiter.
Sur la nationale chilienne 15 mn après la frontière et après avoir longé le lac Chungara, prendre à droite au croisement de la piste pour rejoindre le village de Parinacota. Pour rejoindre la piste vers le salar de Surire ou simplement le camp de base du Guallatiri, continuez la route nationale jusqu’au poste des carabineros, et prenez la piste qui part au sud (gauche).

ACCES

En 4X4 :

Depuis La Paz, l’accès est très facile : 280 km de route aphaltée, 3h de trajet, paysages superbes. Prendre la route d’Oruro jusqu’à Patacamaya. Prendre vers l’ouest (à droite à l’entrée du village) sur une très belle route financée par l’Etat chilien afin de faciliter les échanges entre ces deux pays, manière aussi de faciliter un accès à la mer perdu par la Bolivie il y a plus de 100 ans. On pourra observer sur le bord de la route de nombreuses chullpas, tombeaux précolombiens, ou encore l’église coloniale de Curahuara de Carangas. Quand le ciel est dégagé, le Sajama se voit depuis bien avant Patacamaya, et vous ne pourrez vous perdre. 15 km avant la frontière, un panneau indique le village de Sajama, engagez-vous sur cette piste de terre jusqu’au village de Sajama.

Depuis le Chili :

passez la frontière de Chungara, continuez 15 km environ, prenez la piste d’entrée du parc à gauche, vers le volcan imposant en face de vous.

En bus :

Au terminal de bus de La Paz, prendre un bus pour Arica (Chili – départ journalier à 6h) et s’arrêter à l’entrée du parc, 15 kilomètres avant la frontière. Attendez-y un véhicule pour rejoindre le village de Sajama ou… allez-y à pied… (1h de marche) ; Pour le retour, il faudra soit attendre les bus de la compagnie Litoral sur la nationale, soit faire du stop aux camions qui, venant du Chili, se dirigent vers La Paz. Une fois à Patacamaya, vous n’aurez plus qu’à prendre un bus.
Vous verrez que la Bolivie reste l’un des endroits du monde où le mot aventure a encore un sens… Sur cette route, lors du retour de l’ascension du Sajama, nous avons pris « en stop » un couple aymara. La femme, sans un mot, sans un soupir, a accouché sur la banquette arrière… Comme quoi, il était urgent pour eux de rejoindre l’hôpital d’Oruro. Ils nous ont gentiment proposé de choisir le prénom du bébé.


Contact : contact@terra-cordillera.com       Préparez votre voyage : Liens - Plan du Site - Départs groupés - Départs garantis
© Terra Cordillera 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici