Manaus,

Manaus, la plus grande ville d’Amazonie

Capitale du plus grand Etat du pays, l’Amazonas, Manaus est située au confluent du Rio Negro et du rio Solimões, juste avant que leurs eaux ne se rencontrent pour prendre le nom d’Amazone.
Au milieu du XIXè siècle, poussée par le développement de l’automobile et de l‘industrie du pneumatique, la folle aventure du caoutchouc prend soudainement possession de la ville qui est tout juste un village. L’ascension est fulgurante. Les capitaux venus d’Europe affluent, la ville se développe à un rythme frénétique.
Les plus aisés des habitants y vivent dans un luxe tapageur qui contraste singulièrement avec le misérable quotidien des « seringueiros » (les travailleurs de l’hévéa, la plupart sont originaires des regions pauvres du Nordeste). Anecdote révélatrice de cette démesure, on rapporte que certains « barons du caoutchouc » envoyaient laver leur linge à … Paris.
Après 50 années d’euphorie, l’hévéa d’Indonésie et de Malaisie supplantait celui d’Amazonie, plongeant durablement la ville dans le marasme.
Jusqu’aux années 1950, où, grâce à une mesure gouvernementale lui accordant le statut de zone franche, Manaus retrouvait un dynamisme économique qui l’a conduite à jouer aujourd’hui les premiers rôles au plan national (elle constitue le troisième pôle industriel du pays, derrière Sao Paulo et Belo Horizonte).
Manaus offre aux visiteurs un visage contrasté. Véritable île de béton fichée au cœur de la jungle, elle a conservé nombre de monuments qui témoignent de son fastueux passé.
Vestige emblématique de l’éphémère mais glorieuse époque du caoutchouc, le fameux Teatro Amazonas, inauguré par Caruso en 1896, a repris du service voici peu, après plusieurs décennies passées dans le silence et la poussière. Il fait de nouveau salle comble, 2 à 3 fois par semaine, et chaque année à l’occasion d’un festival d’art lyrique qui attire les plus grands noms de l’opéra.
Non loin, jouxtant le port flottant, le marché municipal a littéralement débordé des limites du hangar de style Eiffel qui fut construit pour l’accueillir au début du XXème siècle.
Il est l’incontournable lieu de rencontre entre un million et demi de citadins, et un million et demi de personnes qui, vivant en forêt, se rendent à Manaus vendre les produits de la nature (manioc, poissons, artisanat …) et y acheter les produits de première nécessité à la vie en jungle.
Cet immense secteur populaire vibre d’animation aux premières lueurs du jour, quand, dans les effluves de fruits tropicaux, les pêcheurs déchargent à dos d’homme des milliers de poissons de toutes tailles et couleurs que la nature met généreusement à disposition dans les cours d’eau omniprésents autour de la ville.

Manaus / Visite / sauf le dimanche

Accueil à l’aéroport et transfert à l’hôtel (en général en fin de matinée).
A 14:00 rendez vous à l’hôtel avec notre guide francophone pour une visite guidée de la ville.
La capitale de cet immense territoire est une ville comme les autres, à ceci près que sa situation géographique (elle est en plein cœur de l’Amazonie) lui confère un style unique : l’atmosphère est tropicale, saturée d’humidité, et de la plage de Ponta Negra ou du port flottant, on est saisi par la taille du rio Negro (fleuve noir), qui coule paisiblement, à perte de vue.
Quelques kilomètres en aval, il s’unit au rio Solimoes pour former, jusqu’à l’océan Atlantique, le fleuve Amazone.
Notre balade nous conduira à l’opéra, dont le plafond figure la tour Eiffel vue du sol (fermé le lundi). Puis visite du port flottant conçu par des ingénieurs Anglais au début du XXè siècle, une véritable prouesse technologique pour l’époque.
Enfin, halte obligatoire au marché, où nous serons peut-être tentés de revenir seuls, tôt le matin, pour assister au ballet des dockers déchargeant les fruits, les légumes, et surtout des poissons impressionnants …
Retour à l’hôtel en fin de journée. Repas non compris. Nuit à l’hôtel.

Presidente Figueiredo

La ville de Présidente Figueiredo se situe à 107 km au nord de Manaus, sur la route (asphaltée) qui relie l’Amazonas au Roraima et au Venezuela.
Présidente Figueiredo est célèbre pour ses innombrables chutes d’eau, plus belles les unes que les autres, et pour ses cavernes.
Voici un programme simple d’une journée au départ de Manaus.

MANAUS – PRESIDENTE FIGUEIREDO – MANAUS

Départ de l’hôtel à 8:30 avec notre guide francophone. La journée comprend l’excursion à la très belle cascade de "Santuário" et à la caverne "Maroaga" si la météo le permet car la caverne est située en pleine forêt et présente divers dénivelés qui sont glissants en cas de pluie.
Déjeuner (non compris) dans un restaurant de la ville, puis visite à la cascade de "Iracema" et de ses grottes (dans certaines se cache le beau "coq de roche", un oiseau très recherché par les ornithologues amateurs).
Retour sur Manaus en toute fin d’après midi.
Repas non compris. Nuit à l’hôtel.

Options de soirée à Manaus

Soirée revue de chants et danses du Brésil / jeudi soir seulement

Notre guide passe nous chercher à 20:30 (début de la revue à 21:00, fin à 22:30).
Confortablement installés dans l’aire de spectacles du superbe hôtel Tropical *****, en bordure du rio Negro, nous assisterons à une revue musicale qui nous permettra un large aperçu des rythmes et danses traditionnels du pays tout entier.
Une vingtaine de danseuses et danseurs costumés nous entraîneront à une cadence effrénée au son de la capoeira, du forró ou de la samba pour une heure et demie d’un spectacle enlevé.
Compris : accompagnateur francophone / transport aller–retour / spectacle
Non compris : boissons

Soirée churrascaria

Notre guide passe nous chercher à 19:30 pour dîner au Toro Loco, l’un des meilleurs restaurants de la ville, où nous pourrons déguster les viandes grillées à la mode brésilienne, le fameux « churrasco ».
Après le repas, nous pourrons profiter de la brise du rio Negro lors d’une promenade nocturne sur la plage de Ponta Negra.
Là, selon la saison, nous aurons peut être la chance d’assister à une démonstration de boi-bumba.
Emblématique de la culture amazonienne, le boi-bumba tient ses racines de la rivalité qui opposa, voilà bien longtemps, deux familles d’éleveurs à propos de leurs bœufs (boi) respectifs.
Cette opposition a pris avec les années une dimension collective, et s’est codifiée.
Chaque année (dernier week-end de juin), le boi-bumba est célébré lors du festival de Parintins, petite île de l’Amazone où affluent plusieurs centaines de milliers de personnes (ce qui en fait la deuxième manifestation populaire du Brésil après le Carnaval).
On fait partie, et pour la vie, soit du groupe CAPRICHOSO, soit du groupe GARANTIDO.
Les premiers sont reconnaissables à leur costume bleu, les seconds à leur tenue rouge, et leur rivalité est parfaitement saine et bon enfant.
Durant 3 jours et 3 nuits, les défilés les plus inventifs se succèdent dans le "bumbodrome" de Parintins. Dans une débauche de paillettes et de décibels, on présente une grande fresque amazonienne au cours de laquelle sont convoquées des figures traditionnelles et ancestrales, ou d’autres, plus modernes et surprenantes.
Ainsi, après la présentation d’une immense allégorie du pape Jean Paul II, surgit le char emmenant le « pagé » (cacique / sorcier des tribus amazoniennes) entouré de danseurs en transe et accompagné d’un bœuf en papier mâché aux couleurs de son camp.
La foule est électrisée, la musique redouble d’intensité, c’est le point culminant de la fête.
Lorsque le jury donne son verdict, tandis que la moitié des participants explose de joie, les perdants promettent de revenir, plus forts, l’an prochain.


Contact : contact@terra-cordillera.com       Préparez votre voyage : Liens - Plan du Site - Départs groupés - Départs garantis
© Terra Cordillera 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici