EQUIPEMENT

1. CHOISIR SON PIOLET

2. CHOISIR SES CRAMPONS

3. CHOISIR SES POINTES

4. CHOISIR SES CHAUSSURES

ALPINISME

Pour évoluer sur glacier vous aurez besoin d’utiliser du matériel spécifique. Quelques conseils pour bien choisir son matériel d’alpinisme.

1. CHOISIR SON PIOLET

Dragonne : elle permet de ne pas perdre le piolet lors de manipulations.

Panne : indispensable pour gratter la neige, la glace ou tailler des marche.

Le trou permet d’y glisser un mousqueton ou une dragonne lors de manipulations ou de mouflages.

Lame : permet l’ancrage dans la glace

Manche : un revêtement caoutchouc est plus efficace pour un meilleur maintien.

Sur la glace, le piolet remplacera les bâtons dés que les pentes deviendront trop raides. Plus légers et plus robustes qu’auparavant les piolets ont beaucoup évolué avec le temps pour votre confort et votre sécurité.

On distingue plusieurs catégories de piolets en fonction du terrain :

- Les piolets de randonnée

- Les piolets d’alpinisme classique

- Les piolets techniques

Piolets de randonnée

Ces piolets tous destinés à la randonnée glaciaire ou aux courses faciles et sans difficultés techniques. Sur des terrains plats ou peu pentus, ils sont utilisés comme une canne en attrapant le piolet par la tête.

Ces piolets sont légers, pour la plupart constitués d’un manche en aluminium pour plus de légèreté. Pour une personne de 180cm, nous conseillons un piolet de 65cm à 75cm.

Un compromis entre le poids et la longueur est un choix judicieux. Pour choisir la longueur de votre piolet, mettez vous debout bras le long du corps en attrapant le piolet doit vous arriver au niveau de la cheville.

Piolets d’alpinisme classique

Le piolet polyvalent par excellence, utilisé pour la plupart des courses d’alpinisme. Il est utilisé sur des pentes eu raides à raides, il permettra de tailler des marches dans la glace.

Son manche peut être droit ou légèrement galbé pour une meilleure efficacité. Leur manche plus courts que les piolets de randonnée sont plus efficaces pour tailler et une meilleure performance de la frappe. Pour une personne de 180 cm un piolet d’une longueur de 50 à 65cm est conseillé en fonction du type de terrain. Attention un piolet trop court ne permettra pas de le poser par terre sur des terrains plats.

Piolets techniques et de cascade de glace

Piolets utilisés pour les courses très techniques (exemple : couloirs de glace) ou en cascade de glace. Ils disposent d’un manche très galbé permettant une force de frappe puissante. Ils sont souvent utilisés par paire lors d’ascension en cascade de glace. Plus courts que les autres piolets, ils ont pour la plupart une lame interchangeable pour s’adapter aux différents type de glace.

2. CHOISIR SES CRAMPONS

Indispensables pour évoluer sur la glace ou sur la neige dure, les crampons permettront au randonneur de ne pas glisser. On trouve plusieurs sortes de crampons qui dépendent du matériau, du système d’attache, de la rigidité du cadre, du nombre de pointes et de leur disposition. Le choix des crampons se fera en fonction de vos chaussures et du terrain sur lequel vous évoluerez.

Système d’attache

Il existe 3 systèmes d’attache en fonction du type de chaussure que vous possédez. Vous choisirez donc vos crampons en fonction de vos chaussures. Vous pourrez choisir des crampons à fixations semi-automatiques ou automatiques si vos chaussures sont munies de débords. Si vous n’avez pas de chaussures à débords vous devrez prendre des prendre des crampons à fixations à lanières.

Lors de l’achat de vos crampons le mieux est de venir avec ses chaussures au magasin, afin de tester le système d’attache avec vos chaussures.

Comme tout matériel neuf, il est important d’apprendre à l’utiliser avant votre départ. L’ascension d’un sommet débute très souvent de nuit. Avec des doigts gelés par le froid et une visibilité réduite, il peut devenir difficile de manipuler du matériel que l’on ne connaît pas.

Fixations à lanière

Système polyvalent pouvant s’adapter à un grand nombre de chaussures. Une paire de chaussure montantes de trekking avec une semelle rigide fera l’affaire lorsqu’il s’agira de randonnées glaciaires ou de trekkings hivernaux avec passages de névés. Mais, dès que l’on s’aventura sur des pentes raides ou pour des ascensions il sera nécessaire d’avoir des chaussures d’alpinisme.

• fixation arrière : vérifier qu’elle épouse correctement la forme de vos chaussures

• fixation avant : les fixation munies d’un sangle en plastique permettra de mieux maintenir l’avant du pied

Fixations automatiques et semi-automatiques

Ces deux systèmes de fixation nécessitent d’avoir des chaussures à débords. Ils sont munis d’un système de clip venant appuyer sur le débord de la chaussure. Rapides à chausser, ils apportent confort et précision.

Les fixations automatiques sont pourvues d’une barre métallique à l’avant des crampons. Et d’un système de clip se fixant sur le débord arrière. Une sangle entourant la cheville est souvent présente.
Les fixations semi-automatiques sont pourvus, à l’arrière, du même système que les fixations automatiques. A l’avant, ils sont munis d’une patte articulée avec une sangle s’accrochant autour de la cheville.

3. CHOISIR SES POINTES

Les crampons sont munis de 10 ou 12 pointes voire 14 pour certains modèles destinés à la cascade de glace. Les pointes des crampons sont fabriquées soit en alliage léger soit en acier. Les crampons en alliage léger ont l’avantage d’être beaucoup plus légers que leurs homologues en acier. Ils sont un très bon compromis pour les randonnées glaciaires ou les trekkings hivernaux. Plus légers, ils sont aussi plus fragiles, attention de ne pas marcher sur des cailloux avec, vous risqueriez de les casser (expérience vécue). Les pointes en acier sont plus rigides ce qui permet un meilleur cramponnage sur de la glace dure et une meilleure résistance.

Le choix du type de crampons se fera en fonction du type de terrain et du poids. Lors de randonnées glaciaires où vos crampons seront souvent dans votre sac à dos, des crampons légers seront un bon compromis.

4. CHOISIR SES CHAUSSURES

Vos chaussures sont l’assurance de garder les pieds au chaud et au sec, surtout en altitude. Vous devrez choisir vos chaussures en fonction du climat dans lequel vous allez évoluer.

Des chaussures de randonnée montantes à semelles rigides permettront d’évoluer sur glacier lors de randonnées glaciaires et lors de trekking hivernaux pour le passage de névés.

Les ascensions sur des pentes plus raides demandent des chaussures d’alpinisme rigides.

Les chaussures d’alpinisme sont plus rigides que des chaussures de randonnée. Le bout de la chaussure est rigide pour que les sangles des crampons ne viennent pas écraser le bout des pieds.

Les chaussures d’alpinisme ont des débords à l’avant et à l’arrière (en fonction des modèles) pour chausser des crampons automatiques ou semi-automatiques.

Pour la très haute altitude, des coques en plastiques seront indispensables. Les coques en plastique ont un pouvoir isolant plus important et permettent donc d’évoluer avec des températures très froides.

Des chaussures pas assez chaudes peuvent être la conséquence d’une ascension avortée, ou plus grave, d’engelures pour les cas extrêmes. Mêmes les plus chaudes des chaussettes ne remplaceront pas une chaussures adaptées aux températures dans lesquelles vous évoluez.


Contact : contact@terra-cordillera.com       Préparez votre voyage : Liens - Plan du Site - Départs groupés - Départs garantis
© Terra Cordillera 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici