Machu Picchu,

L’Intiwatana est un « lieu où l’on s’amarre au soleil », situé sur la cime de la « Colline Sacrée » formée de diverses terrasses andines, auquel vous accédez après avoir monté 78 marches et atteint la cour ouverte aux murs finement travaillés.

L’Intiwatana possède deux fonctions : mesure du temps (solstices et équinoxes) grâce aux effets de lumière et ombre, et pierre autel. Sur une terrasse vous verrez 3 marches taillées dans une roche granitique. Sur la partie centrale vous distinguerez un monolithe sculpté et poli sur plusieurs plans, se terminant en prisme carré de 0.36 mètres de haut, orienté vers le nord-ouest/sud-est.
Les sommets sont dirigés vers les quatre points cardinaux. Cette pierre est la pièce centrale et la plus importante du système complexe de mesures astronomiques déterminant les dates de début et fin des campagnes agricoles.
Mais elle était également utilisée comme autel rituel. Sa forme est polygonale, tel est polyèdre quasi cubique. Les cimes paraissent avoir été frappées. Ce galet avait du être poli sous toutes les formes, de manière comparable au Temple Principal d’Ollantaytambo à la superficie lisse comme le verre. Le mot Intiwatana, désignant les pierres taillées en général, avait été utilisé la première fois par George Squier en 1877, mais il se rencontre également dans toutes les chroniques anciennes.
Les noms corrects avaient été saywa ou sukhanka selon les chroniqueurs. Intiwatana se traduit comme « lieu où l’on s’unit/attache au soleil » ou simplement « agrafe du Soleil ». Le jour du solstice d’hiver (21 juin) les quechuas célébraient l’Inti Raymi, Festivité du Soleil.
Cette fête était la plus importante de la Société Inca. A cette date, le soleil se trouvait au point le plus éloigné de la terre. Les quechuas transmettaient leur crainte de l’abandon par le Tayta Inti, Père Soleil. Ils réalisaient alors différents rituels pour demander au soleil de ne pas s’en aller et plus symboliquement pour l’attacher à l’Intiwatana.
Malgré cela Intiwatana peut aussi avoir une autre signification : comme Inti est « soleil » et Wata, « l’année », ce mot pourrait se traduire comme « lieu où l’année solaire est modérée ». Il s’agissait sans aucun doute d’une méthode efficace de prédiction et mesure des solstices et équinoxes, des saisons et époques de semence et récolte. Considérer cette pierre en tant que « horloge solaire » ou « cadran solaire » est un concept erroné résultat d’une spéculation limitée.
L’Inca et sa société ne mesuraient pas la journée en heures et minutes, ils se référaient seulement à la position du soleil. Selon de nombreuses études « l’Intiwatana » servait de dispositif directionnel, dont les angles déterminaient le nord magnétique.
Les Incas disposaient de connaissances profondes d’astronomie et physique. Les astronomes Blanco, Dearborn et Mannhein déclarent que ce complexe astronomique permettait l’observation des Pléiades, très importantes pour les cultures andines, et des constellations telles que la Croix du Sud, Spica, Alfa Centauro, Vega, Deneb et Altar. Selon les études locales, l’Intiwatana de Machu Picchu est en relation étroite avec le ceque, alignement imaginaire des observatoires, temples, centres urbains et cérémoniels.


Contact : contact@terra-cordillera.com       Préparez votre voyage : Liens - Plan du Site - Départs groupés - Départs garantis
© Terra Cordillera 2017

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici